Le travail en groupe

Questions spécifiques concernant les formations à l'option G (rééducation).
Répondre
Juliette A
Visiteur
Visiteur
Messages : 12
Enregistré le : 25 sept. 2007 21:33

Le travail en groupe

Message par Juliette A » 02 juin 2008 20:08

Bonsoir,

Je souhaiterais soulever un point avec vous : le groupe. Pour moi, le travail en groupe dans le cadre d'une rééducation a été difficile (obligatoire par le demande institutionnelle du CAPASH). Comment pouvoir poser une parole juste et ciblée sur la problématique de chaque enfant en étant au minimum 3 ?
Le GASD est pour moi une prise en charge "bâtarde" errant entre la rééducation et la prévention. Je sais qu'on en a déjà parlé sur ce forum mais il me semble important de repréciser.
Je suis assez surprise de certaines positions de nos collègues. Certes, je suis toute jeune G mais quand même. Il me semble faire un métier dans lequel il est nécessaire de toujours se remettre en questions avec ses pratiques avec !!!
Et pourtant !
Le groupe reste une pratique courante, alors que l'on m'explique : comment ? Soit je vois bien un groupe en fin de rééducation pour deux rééducations individuelles dont la problématique nécessite ce rassemblement...
Alors pourquoi ce choix de l'institution de présenter un "groupe rééducatif" si ce n'est pour épargner l'individuel de ces 4 méchants loups ? :roll:

patrick
Animateur
Animateur
Messages : 166
Enregistré le : 25 mai 2005 22:41

Re: Le travail en groupe

Message par patrick » 07 juin 2008 18:32

Comme vous le dites ce thème a été déjà débattu ici et la lecture des échanges reste d'actualité.
Je reprécise : effectivement d'accord avec vous le groupe est responsable de la "dilution" de la rééducation dans des activités de groupe qui répondent aux pressions des IEN ou des collègues qui veulent du chiffre.
Aussi si l'on s'engage dans un travail de groupe il est urgent de se donner encore plus que d'habitude des cadres bien clairs :
- La rééducation est toujours individuelle. Le groupe n'est qu'une médiation proposée à l'enfant en rencontre individuelle.(Constituer "son" groupe et imposer dés la première rencontre ce groupe comme médiation c'est se positionner dans la maitrise :je sais ce qui est bon pour toi!).
- La constitution alchimique du groupe par le rééducateur relève de la magie noire mais pas de la rééducation. Aucune "problématique ne "nécessite" comme vous le dites un rassemblement. Là aussi le rééducateur se pose en expert qui sait ce qui est bon pour la problématique de l'enfant, et même plus, il se fait fort de combiner les connexions neuronales des uns avec les synapses des autres !! Non, tout ça n'est que délire. Le rééducateur fait une proposition de médiation de groupe parce qu'il pense que pour cet enfant le groupe peut être une scène rééducative, il lui explique ses pistes de départ. Il peut se tromper et l'enfant et lui ont les 3 séances préalables pour se le dire. La constitution du groupe ne se fait pas en fonction des problématiques pressenties au départ mais uniquement sur les centres d'intérêt communs et des capacités de représentation pas trop éloignées. Si en jeu dramatique un enfant propose une histoire trop infantile pour le reste du groupe, personne ne pourra échanger.
- On parle de rééducation DE groupe quand le groupe est choisi comme médiation et que l'on travaille sur la dynamique du groupe. Alors on parle de groupe de 4 ou 5 enfants en travaillant seul ou groupe de 6,7 enfants en travaillant à 2.
On parle de rééducation EN groupe quand la médiation choisie est le "faire ensemble". Même dans ce cas qui à mon avis prête à toutes les confusions la constitution de "doublettes" est périlleuse ! Je ne sais pas tenir ma place de rééducateur dans l'utilisation de cette médiation, d'autres peuvent certainement le faire.
- Le groupe à la différence de l'individuel doit être limité dans le temps. L'enveloppe groupale a un début et une fin annoncés d'entrée.
- La question de la préservation du travail est plus difficile car les enfants peuvent parler des autres à l'extérieur. Le groupe rééducatif n'est pas un groupe psy, tout ne se traite pas dedans par définition, puisque l'objectif est pédagogique. Les règles de dedans et dehors sont encore plus importantes qu'en rééducation individuelle.
ON peut continuer !!

clairea
Animateur
Animateur
Messages : 257
Enregistré le : 12 oct. 2005 08:58

Re: Le travail en groupe

Message par clairea » 08 juin 2008 15:12

Bonjour,

Juste une question ou plutôt une proposition de réflexion.

Il me semble que travailler sur le devenir élève passe inévitablement par une rencontre avec le groupe, mais qu'un travail sur le désir d'apprendre passe effectivement par une prise en charge individuelle ?

Cette intuition recoupe-t-elle vos pratiques de rééducateur ?

patrick
Animateur
Animateur
Messages : 166
Enregistré le : 25 mai 2005 22:41

Re: Le travail en groupe

Message par patrick » 08 juin 2008 22:13

Pas vraiment ! pour ce qui est de mon point de vue. Votre formulation laisse supposer que la médiation de groupe serait "l'outil" pour la vite dit "socialisation". Cette conception de la rééducation d'un professionnel qui aurait une boite à outils variée et riche correspondant à toutes les problématiques rencontrées n'est pas la mienne. La médiation proposée n'est pas une médiation outil pour réparer, aussi pertinente soit-elle, la difficulté repérée, elle sous-entend que c'est le rééducateur qui sait ce qu'il faut pour aider l'enfant. La médiation est choisie car le rééducateur pense que c'est avec cette médiation que l'enfant pourra travailler sa problématique. Pour certains, l'appui sur le groupe peut aider à travailler le désir d'apprendre : avoir envie d'élaborer une belle histoire que les autres auront plaisir à jouer, pour un autre la rencontre solitaire sécurisante avec un adulte sera le passage obligé pour appréhender l'autre et le groupe.
L'indication groupe paradoxalement sert des enfants timides, discrets qui si le rééducateur crée un espace sécurisé avec des règles strictes peut trouver des libertés qu'un face à face avec le rééducateur empêcherait.
La tentation pour le rééducateur de placer un enfant dans la toute puissance dans un groupe (sous-entendu le groupe va faire mon boulot et le remettre à sa place !) n'est pas souvent fructueuse. Le groupe devient vite un petit groupe pédagogique où le seul travail qui se fait consiste à respecter les règles. Travail inintéressant à l'extérieur de la classe.
La dynamique du groupe se charge il est vrai de déboulonner les leaders (je pense à un petit Mustapha qui après avoir usé un groupe avec ses histoires copiant les feuilletons japonais "transformations!!" et hop on devient fort, s'est retrouvé jamais choisi pour jouer).

clairea
Animateur
Animateur
Messages : 257
Enregistré le : 12 oct. 2005 08:58

Re: Le travail en groupe

Message par clairea » 10 juin 2008 21:17

Merci de votre réponse :)

Je ne pensais pas à la socialisation mais à l'identification entre pairs mais je comprends votre réponse.

Devenir élève est différent selon moi de devenir apprenant.

Devenir élève participe un peu de l'identification à l'autre comme semblable dans un groupe porté par un idéal incarné par le maître détenteur de savoir.

En cela, je vous rejoins, le groupe est pertinent pour travailler des inhibitions chez des enfants contraints par un Surmoi tyrannique. Dans le groupe, l'idéal du moi est déplacé sur le leader (maître, rééducateur) et par le biais de l'identification à autrui, l'enfant retrouve plus de souplesse...
L'enfant dans une toute puissance est, dans la confrontation à l'autre, dans une impossibilité de soumission à un idéal du moi qu'il ne peut extérioriser. C'est donc plus délicat même si ce n'est surement pas impossible...

Bref, je suis assez proche de votre avis je pense mais avec une autre lecture :)

.... de l'intérêt du croisement des regards dans un RASED :)

patrick
Animateur
Animateur
Messages : 166
Enregistré le : 25 mai 2005 22:41

Re: Le travail en groupe

Message par patrick » 11 juin 2008 10:32

Il est vrai que j'ai l'impression de m'être construit par des identifications successives à des groupes d'appartenance. Il me semble qu'une des évolutions importantes de notre société se joue sur le fait que ce sentiment d'appartenance est moins fort et que l'individualisme sauvage proposé comme modèle ne pousse pas au groupisme. De plus sur ce site "d'anar forcené" on est obligé de concéder que les désastres du groupe humain totalitaire nous poussent aussi dans notre coquille.
Mais paradoxalement ce que je constate c'est que les limites entre la personne privée et la personne publique sont plus difficiles à construire pour les enfants. Les limites de l'intimité sont même souvent bafouées par une école intrusive.
Aussi la question que vous posez me semble au centre de la réflexion autour de la difficulté pour certain enfants de se sentir comme élève sans que ce statut ne remette pas en cause leur intimité.
Et peut être que des instits comme moi trop porteurs de "groupes" (école, humanisme angélique, rugby, sud, gauchisme, rééducation travail famille patrie...) dans lesquels je ne suis non seulement pas en danger mais structuré se trouvent trop en écart avec des enfants individualistes construits seuls devant leur écran ou seuls devant l'autre comme danger.

Pascal Ourghanlian
Administrateur du forum
Administrateur du forum
Messages : 1398
Enregistré le : 16 sept. 2004 19:24
Contact :

Re: Le travail en groupe

Message par Pascal Ourghanlian » 11 juin 2008 12:23

Je me retrouve assez dans ce qu'écrit "patrick". Y compris pour le rugby :wink: Entre "caractériels", sans doute :P

Sauf que derrière "travail famille patrie", j'aurais au moins mis :oops: :evil: :? :(
Cordialement,
Pascal Ourghanlian

Daniel Calin
Administrateur du forum
Administrateur du forum
Messages : 935
Enregistré le : 15 sept. 2004 09:03
Localisation : Retraité, ex-chargé d'enseignement à l'IUFM de Paris
Contact :

Re: Le travail en groupe

Message par Daniel Calin » 12 juin 2008 00:12

patrick a écrit :sur ce site "d'anar forcené"
Qui ça, "anar forcené" ???

Un de mes textes, intitulé Construction identitaire et sentiment d’appartenance, est présent sur ce site pratiquement depuis sa création. J'y prône certes le "passage d’une logique d’appartenance collective à une logique de trajectoire privée", mais, resituée dans le contexte de cet article, je doute que cette phrase suffise à faire de moi un "anar forcené".

Ceci dit, je dois l'avouer, quoi que j'en pense, c'est une appellation qui me flatte : "anar forcené", c'est comme "rock star", ça doit faire partie de mes fantasmes pubères indéboulonnables. :D :oops:
Cordialement,
Daniel Calin

patrick
Animateur
Animateur
Messages : 166
Enregistré le : 25 mai 2005 22:41

Re: Le travail en groupe

Message par patrick » 12 juin 2008 23:39

C'était bien une intention flatteuse !! Par contre elle ne doit pas parasiter la réflexion.

Bien évidemment on ne peut que soutenir la distinction proposée entre le devenir élève et la construction d'un statut d'apprenant. L'école républicaine induit un passage obligé par l'identification au groupe classe pour se construire ce statut d'apprenant. Il me semble que ce qui nous paraissait évident il y a quelques années est remis en cause.
Bien sûr qu'on n'apprend pas à lire comme on apprend à faire du vélo, ce qui se joue est d'une autre nature et l'élève et l'apprenant sont obligatoirement complémentaires. Peut être que cette dialectique change et balance plus sur l'autre versant.
Ce qui me gêne, c'est que le fait d'isoler l'apprenant de l'élève, s'il est opérationnel pour nous, on sait que c'est du pain béni pour nos"ennemis", sectes neuro-choses mais aussi marchands de soupe.
En tout cas, ce qui se joue dans un groupe rééducatif ne doit pas être la même chose que ce qui se joue en classe en pensant que le nombre plus restreint permettra à l'enfant en difficulté d'adhérer. Le groupe rééducatif travaille l'articulation entre les différentes instances en jeu entre l'élève, enfant, sujet, écolier, apprenant. Le dispositif proposé est donc plus complexe qu'un dispositif ne convoquant sur la scène qu'une seule instance (un divan et de dos pour convoquer le sujet de l'inconscient par exemple, une gomme un crayon et une feuille d'exercice pour convoquer l'élève...).
L'organisation de la salle pour recevoir le groupe reste donc un gros problème. Comme en individuel il est nécessaire à mon avis de bien scander la séance et que l'espace jeu soit distinct de l'espace accueil et symbolisation.

clairea
Animateur
Animateur
Messages : 257
Enregistré le : 12 oct. 2005 08:58

Re: Le travail en groupe

Message par clairea » 15 juin 2008 15:05

En fait, en poursuivant et développant ma pensée, je crois que l'identification au statut d'élève n'est pas plus mystérieuse que celle qui fonctionne dans un club de foot ;) (je n'ai pas écrit rugby, vous remarquerez 8) )

Certaines personnalités associables deviennent des vrais bons supporters quand ils se rangent derrière une équipe qui gagne. Il faut relire Psychologie des foules et analyse du Moi de S. Freud. Un moi fragile (pardon pour le côté caricatural) peut se densifier dans une identification aux pairs, réunie sous une même bannière (ce qu'on nomme en psychanalyse trait unaire), tous soumis amoureusement à l'imago de leur idéal... C'est pas pour rien que les sectes, les religions et les fans club marchent aussi bien :wink:

Bref, la crise de l'éducation ne viendrait-elle pas aussi plus simplement du fait que nous avons fragilisé l'idéal du groupe élève...

Flute, ça risque d'appeler des conclusions extrémistes qui ne me séduisent pas ... genre autorité, uniforme blabla
je continue à cogiter ;)

La rééducation ne peut pas s'inscrire dans une logique de domination et soumission, enfin ce n'est pas ainsi que je la suppose, mais l'enfant comment perçoit-il son rééducateur dans une prise en charge de groupe ?

patrick
Animateur
Animateur
Messages : 166
Enregistré le : 25 mai 2005 22:41

Re: Le travail en groupe

Message par patrick » 16 juin 2008 17:46

Je ne suis pas assez armé théoriquement pour répondre à votre question sur la place représentative du rééducateur dans le groupe.
A mon niveau de technicien du dispositif technique à mettre en place pour qu'une rééducation soit possible le groupe pose une divergence de fond avec la rééducation individuelle.
En effet une des caractéristique de la rééducation c'est qu'elle est agie et qu'ainsi le rééducateur est à la fois dedans et dehors. Il joue et il ne fait pas semblant de jouer il est dans le jeu mais en même temps (comme on dit maintenant pour éviter le terme exact "quelque part !") il reste dehors pour après pouvoir amener un temps de retour.
Hors cette position n'est pas tenable dans le groupe. Déjà elle est limite dans l'individuel mais alors là dans le groupe elle est totalement impensable. On ne peut pas être pris dans la dynamique du groupe et tenir une place comme garant du groupe si on travaille sur la dynamique DE groupe( groupe comme médiation). On ne peut pas être à une autre place que celle de la maitrise du groupe quand on propose une activité EN groupe (faire ensemble comme médiation), et cette place de maitrise est contradictoire avec la rééducation.
Dans les séances de jeu dramatique j'ai pu fonctionné à 2 adultes : un à la place de l'animateur qui se trouve avec le groupe d'enfant et organise le dispositif qui va permettre à la dynamique du groupe de se développer, l'autre en retrait n'intervient qu'en fin de séance au temps de symbolisation ou en cours de séance si un débordement hors cadre manifeste arrive. Rôle de gardien du cadre.
Seul adulte je suis en position d'animateur, je ne joue pas ou exceptionnellement un rôle subalterne.Je change de place et donc d'emplacement dans la salle en fin de séance pour le temps de retour. Si en cours de séance le rôle d'animateur se fait déborder j'utilise la"règle du pouce" et j'arrête le jeu. Je reprends le groupe en dehors de la scène de jeu pour recadrer notre travail. Cette gymnastique passe bien avec les enfants qui eux aussi ont le droit d'utiliser la règle du pouce s'il se sente en danger ou qu'il constate un désaccord profond.
J'ai bien conscience de ne pas répondre directement à votre question mais vous pouvez constater à travers ces questions que le groupe interroge le rééducateur et que votre question pose bien la difficulté de la rééducation de groupe.

Juliette A
Visiteur
Visiteur
Messages : 12
Enregistré le : 25 sept. 2007 21:33

Re: Le travail en groupe

Message par Juliette A » 16 juin 2008 19:49

Claire a dit : "En fait, en poursuivant et développant ma pensée, je crois que l'identification au statut d'élève n'est pas plus mystérieuse que celle qui fonctionne dans un club de foot ;) (je n'ai pas écrit rugby, vous remarquerez)"

Pour ma part, je considère les joueurs d'une équipe de foot ou de rugby d'ailleurs comme groupe affinitaire : se réunir par la même passion...
Depuis quand la classe réunit-elle, de fait, des enfants tous passionnés de l'école et de l'apprentissage ?

De plus, "la crise de l'éducation ne viendrait-elle pas aussi plus simplement du fait que nous avons fragilisé l'idéal du groupe élève..." même si je ne me considère pas comme contributrice de l'échec de l'éducation, je pense que le sujet élève a été affaibli au profit de l'identité du groupe classe...
Je m'efforce en tant que rééducatrice de fortifier "la maison intérieure" des élèves pour qu'ils puissent affronter le groupe classe... et c'est pour cela que je mets en place des groupes en rééducation en fin de rééducation individuelle.
Bref, je vois que le sujet ouvre des débats et j'en suis très heureuse... Je ne vois pas ma fonction de maître G comme une redite et une conviction dure et sûre... Ce ont les conversations et les échanges avec vous qui me font avancer dans ma pratique et mes réflexions... merci

Céline71
Animateur
Animateur
Messages : 122
Enregistré le : 05 oct. 2008 10:54

Re: Le travail en groupe

Message par Céline71 » 03 nov. 2008 12:05

Je lis ce sujet.
Qu'est-ce que c'est que le GASD ?????
Dans le même genre que GAM (groupe d'aide à la maturation) ? Autre chose ?

Ces sigles me semblent bien barbares. :wink:

Juliette A
Visiteur
Visiteur
Messages : 12
Enregistré le : 25 sept. 2007 21:33

Re: Le travail en groupe

Message par Juliette A » 08 déc. 2008 20:12

Désolée pour ce post tardif sur ce sujet, mais l'actualité prégnante de l'avenir des RASED m'a pris beaucoup de temps.

Pour les définitions :

GASD: groupe d'aides spécialisées au développement

Effectivement ce sont des termes barbares pas faciles à comprendre ni à approcher !!!

Je pense vraiment que nous devons nous remettre en question sans cesse en tant qu'enseignant(e)s spécialisé(e)s et les définitions d'une époque ne sont plus valables à d'autres. Mais ce n'est que mon opinion :roll:

Répondre